LA COOPERATIVE

L'histoire de la cave vinicole coopérative est d'autant plus important que jusqu'à ces dernières années et encore aujourd'hui la viticulture joue un rôle essentiel dans la vie économique du village ainsi que dans la sociologie de la population.

C'est courant 1912 qu'apparaît dans ce milieu de petits viticulteurs et sous l'impulsion de plusieurs d'entre eux, l'idée de créer une coopérative vinicole qui leur permettra de fabriquer, de conserver et de vendre en commun leurs récoltes. L'acquisition d'un terrain parfaitement adapté à la sortie est du village, quartier Saint Jaume, en facilite l'exécution.

Le 20 décembre 1912 à 14 heures se tient l'assemblée générale constitutive, sous la présidence de Nicolas Reymonenq : 50 membres sont présents.

Un conseil d'administration de 9 membres est élu et le versement du capital social est effectué entre les mains de Maître Rougiers notaire à Rougiers ; il s'agit de la somme de 20 400 F. or représentant 816 parts de 25 F. chacune.

La première récolte est apportée par les coopérateurs dès les mois de septembre et octobre 1913 ; elle s'élève à 682 000 Kg de raisin.

Dès 1919 et le retour de la paix, l'essor reprend : 722 518 Kg de raisin produisant 5 503 Hl de vin entrent dans la cave et de nouvelles adhésions sont enregistrées.

Le président Reymonenq étant décédé le 5 décembre 1919, c'est Adolphe Revest qui dès le 7 décembre lui succède.

En 1922, des agrandissements sont décidés pour faire face à l'essor constaté. Paul Castinel remplace Adolphe Revest à la présidence.

Au cours des années 1926, 1927 et 1928, la capacité de réception des récoltes est portée à 10 000 hectolitres. Le 22 septembre 1930, Léon Fage accède à la présidence. En mai 1931, des réparations importantes sont effectuées ainsi que la réfection de la machinerie. Un logement pour le caviste est construit en juin 1932 ainsi que le secrétariat, une salle de réunion et une pièce pour le classement des archives.

Un tracteur à chenilles Caterpillar et d'autres matériels permettant de réaliser des travaux dans le cadre de la coopérative tels arrachage des vignes, défonçage, battage des céréales, bottelage et broyage des grain, sont acquis en 1938.

La guerre de 39 - 45 ralentit cette progression. En 1944 c'est Raoul Vincent qui remplace Léon Fage à la présidence. En 1946, sont construits 2 000 hectolitres de cuverie supplémentaires, la cave annexe étant utilisée dans sa totalité. La machinerie est complétée par l'achat d'un égrappoir et d'un égouttoir compresseur pour la vinification des vins blancs et rosés.

Louis Giraud, aide caviste depuis janvier 1945 est nommé caviste en remplacement de Camille Luquet atteint par l'âge de la retraite qui occupait lui-même ce poste depuis 1920.

Le 18 juillet 1953, Eugène Luquet est élu président. Il sera remplacé à ce poste par Joseph Roux le 29 janvier 1955. En 1956, il fait procéder au remplacement de 2 ponts à bascule ; on acquiert 2 pressoirs horizontaux Vaslin pour la vinification des vins blancs et rosés.

Toutefois, cette année là une faible récolte (12 000 hectolitres seulement) amène le conseil d'administration à réduire les frais de fonctionnement. Après le départ de Joseph Bacquer, Louis Giraud, aidé d'une secrétaire adjointe prend en charge le secrétariat en plus de ses responsabilités de caviste. Jean Barthelemi devient président en 1960. Un nouveau projet d'agrandissement est réalisé après l'acquisition à Mr Hermitte d'une bande de terrain de 20 mètres de large au sud de la cave annexe ; 7 500 hectolitres de cuverie supplémentaire sont construits en 1961, une deuxième tranche suivra.

Le 3 septembre 1963, on fête le cinquantenaire de la Coopérative « La Fraternelle ». Une plaque commémorative est apposée à l'entrée de l'ancienne cave.

Le 13 juin 1964, Henri Gossa devient président.

En 1965, on transforme le système de réception des apports de raisons (bennes peseuses), un syndicat de défense des « coteaux varois » est créé et les terrains classés sont délimités.

Le 4 juillet 1969, Gilbert Henry est élu président. Il poursuit l'┬Žuvre de ses prédécesseurs tant par l'acquisition de matériel que par l'amélioration des installations et la construction de logements d'ouvriers. Après 22 années consacrées au service de la coopérative, il prend une retraite bien méritée et c'est Jacques Cortez qui lui succède en 1991.

C'est en juin 1991 qu'est réalisée la fusion avec la cave de Nans-les-Pins. Elle donne un renouveau à celle de Rougiers mais l'amène à changer sa raison sociale pour celle de « Les vignerons de la Sainte Baume ».

En 1992, Mme Hellman, coopératrice, met gracieusement une chaîne d'embouteillage à la disposition de la cave.

La vente se développe chaque année d'autant qu'en 1993 décision est prise d'acheter un fourgon destiné à assurer la livraison rapide et directe à la restauration.

En 1995, sur décision unanime du conseil d'administration, une partie de l'avoir résultant de la vente de la cave de Nans-les-Pins est employée pour améliorer les lieux de vente.

Ainsi durant presqu'un siècle la coopérative, pôle économique du village reste un lieu de solidarité qui maintient à Rougiers une qualité de vie rurale d'un niveau très honorable.


retour aux activités

Sommaire