Biographie

 

 

 

Ancien sportif de haute compétition (lancer de marteau et haltérophilie), champion de France militaire (bataillon de Joinville en 1970), médaillé de bronze aux jeux corporatifs en 1969 en Tchécoslovaquie et détenteurs de nombreux records affinitaires, Yves Chiavassa est auteur, compositeur, interprète et luthier. Il est, en ce qui concerne la musique, entièrement autodidacte.

 

 

 

Il chantait dans des soirées provençales dans la solitude de son art de troubadour. Luthier de surcroît, il réalisait des instruments médiévaux d'après des documents anciens, et entre luths et cithares, ses recherches sur la musique médiévale l'avait conduit à composer nombreuses de ses chansons dans des modes musicaux oubliés de nos jours. Leur spectacle « De toujours et d’ailleurs », qui s’enrichit régulièrement de morceaux nouveaux, est composé d’une vingtaine de chansons en français et en provençal (traduction préalable), ainsi que d’anecdotes historiques contées à l’occasion de la présentation de chaque instrument (une dizaine par concert). Des personnes parmi le public sont invitées à en jouer, ce qui confère à la prestation, malgré sa nature classique, un caractère très convivial.
Ce spectacle leur permet de tourner à raison d’une soixantaine de manifestations par an, en France et à l’étranger. Ils ont été de nombreuses fois invités sur le plateau de « La chance aux chansons » Par ailleurs, ils prêtent gracieusement leur concours chaque fois que cela leur est demandé pour des actions de bienfaisance (« Restos du cœur », sida, cancer, handicapés, Croix-rouge, enfance…).

Ils ont édité deux K7 « De castéu en vihado » (De châteaux en veillées) et « De roche et d’écume », deux CD dernièrement qui s’intitulent « De toujours et d’ailleurs » et "Des jours anciens au temps qui va" ainsi qu’un recueil de chansons " Du coin du feu ...au bout du monde>". Ils préparent pour l'été un nouveau CD et pour l'année prochaine une compilation de toutes leurs chansons en langue provencale ainsi qu'un ouvrage sur la musique médiévale.

 

Leur vrai bonheur leur est offert par le public avec lequel ils communiquent directement au milieu de lui, sans l'intermédiaire de micros qu'ils considèrent comme d'inopportuns intrus .

"Chanter est une nécessité vitale qui nous emplit le coeur, le corps et l'âme, car le chant est générosité", déclarent en souriant ces visiteurs du soir, venus de toujours et d'ailleurs, et dont la devise est :

" La liberté, c'est le devoir de créer, pas le pouvoir de détruire."