exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Petit lexique de la pédagogie
de l'échange et de la rencontre

sommaire

Internet

Internet et les possibilités qu’il offre peuvent être d’une grande utilité pour le domaine qui nous intéresse (7). Pour un établissement, il faut au moins un ordinateur avec une connexion. L’idéal est une salle d’Internet équipée de plusieurs ordinateurs, chacun avec une connexion à part, mais aussi avec la possibilité qu’il y ait les mêmes informations sur tous les écrans. Malheureusement il y a encore beaucoup de différence entre les moyen techniques (l’âge et la technique de l’ordinateur, de l’imprimante, d’autres équipement comme le lecteur optique) et les logiciels qui sont à la disposition des établissements scolaires. Cela ne facilite pas l’utilisation pour un échange, mais il est bien de prévoir un temps pour vérifier et tester les possibilités par les enseignants des deux côtés. Si non, on risque de démotiver les élèves. Mais il y a aussi la possibilité, surtout pour un enseignant débutant, de prévoir dès le commencement que les élèves eux-mêmes adaptent le logiciel, envisagent les différentes possibilités, les testent. Mais quelles sont ces possibilités ?

La récupération d’informations est la plus simple utilisation d’Internet (cf. : Bibliographie et ressources sur Internet). L’échange d’information, soit par écrit, soit par l’image, soit par le son est aujourd’hui facile. La vidéoconférence qui demande aussi au minimum deux connexions de grande vitesse est beaucoup plus chère ; mais il y a encore d’autres options techniques, même des tableaux blancs interactifs : ce qui est écrit au tableau du lieu X apparaît instantanément sur le tableau du lieu Y. Toutefois, ces dernières possibilités ne seront pas à la portée des établissements scolaires vu le prix de l’équipement et des logiciels. Ce sont les techniques plus simples qui seront normalement utilisées dans le cadre d’un échange.

Internet offre en outre par exemple la possibilité de s’informer facilement et vite sur une région, une ville, et même sur un établissement, partenaire éventuel. Les avantages du courriel (e-mail) sont traités à part (cf. courriel/mel *). D’autres techniques sont aussi possibles comme le bavardoir (chat). En général on en trouve plusieurs gratuites ou aussi comme partagiciel (share-ware) pour avoir à une heure fixée à l’avance avec le partenaire un échange direct. L’utilisation d’un messager permet d’échanger des messages instantanés comme au téléphone. Bien sûr, il faut se mettre d’accord sur un programme précis avec un ou plusieurs partenaires. Selon le logiciel de bavardage-clavier (chat client software) qu’on utilise, on ne peut échanger que des informations tapées sur le clavier, certains logiciels permettent toutefois d’échanger des images. Presque tous offrent la possibilité d’ouvrir une conférence à plusieurs. En utilisant un bavardoir vocal (voice chat), ce qui suppose que chaque partenaire dispose d’un ordinateur avec carte son (sound-card), micro et haut-parleurs, les élèves peuvent se parler comme dans une conférence téléphonique...

Ces possibilités exercent une grande fascination sur les élèves, ce qui les motive beaucoup. En plus, l’utilisation d’Internet est très en vue auprès des décideurs politiques et de beaucoup de parents car elle fait figure d’emblème de la modernité. Cependant il convient de formuler certaines réserves : son utilisation n’est pas aussi simple et aussi utile qu’on pourrait le penser. La technique pose parfois problème, mais c’est surtout l’utilisation didactique qui constitue le principal obstacle. Beaucoup d’établissements expérimentent l’utilité d’Internet, mais nous n’avons pas encore eu ni l’occasion de suivre un bon projet de près. Nos remarques se fondent sur plusieurs discussions avec des enseignants engagés et expérimentés et sur nos propres impressions d’utilisateur.

Au stade actuel il semble que les possibilités d’Internet ne soient pas suffisamment explorées pour travailler en classe et la fascination, aussi importante soit-elle, ne constitue pas un argument et surtout un outil. Il n’y a pas encore assez d’expériences pour pouvoir esquisser les contours d’une utilisation didactique qui permette une réussite éducative et un meilleur accès au domaine du savoir. Le plus simple à transmettre, c’est le savoir-faire dans l’utilisation technique du support. Mais pour travailler ensemble en classe, il nous semble que la voie est très étroite entre un encadrement strict de l’utilisation qui risque de mettre en danger la motivation et l’intérêt des élèves, d’une part, et le laisser-faire ou le laisser-jouer/surfer, d’autre part. Internet permet surtout aux élèves de poursuivre soit seul mais souvent aussi en groupe, en dehors de la classe, une fois qu’ils sont intéressés et qu’ils ont les adresses des partenaires à l’étranger. Avoir eu un bavardage-clavier intéressant en classe suppose que l’on continue le soir sur PC, à la maison. Le problème est donc que la dynamique se produit surtout en dehors de la classe et seulement entre certains groupes d’élèves disposant d’un tel équipement. Il est ensuite extrêmement difficile de réintégrer cela dans l’enseignement en classe.

Internet est un médium qui se prête à l’individualisation et qui permet à ceux qui y ont accès en dehors de l’école de progresser rapidement, aussi bien dans la collecte des informations - même si, comparé avec une encyclopédie l’information reste assez incertaine et sans possibilité de vérification sur la justesse de certaines informations et de globalité des points de vue -, ainsi que dans l’utilisation des possibilités de communication. C’est sûrement un effet bénéfique et nous pouvons postuler qu’il y a des liens qui se créent avec les élèves de l’établissement partenaire. Il y a néanmoins aussi des cas fort difficiles où un conflit ou même seulement un effet de saturation se produit par le contact permanent en dehors de la classe : des interférences ont lieu avec ce qu’il était prévu de faire en classe et cela peut entraîner des conflits. Une autre difficulté venait aussi dans cet exemple de ce que l’équipement scolaire était moins bien que celui que certains élèves avaient à la maison (logiciel de bavardage-clavier, carte son, autres).

Une option méthodologique consiste à travailler en classe d’abord sur différentes tâches qui seront ensuite à résoudre par petits groupes en se servant d’Internet, par exemple pour la préparation d’un échange : recueillir des informations sur le trajet, les correspondances pour se rendre chez les partenaires, sur les curiosités sur place, sur le système scolaire, les particularités de l’établissement du partenaire. Quant au thème, ce que nous proposons pour toutes les échanges, c’est aussi bien que les élèves traitent en groupe différents aspects mais que la mise en commun en classe reste souvent sans Internet quitte à avoir recours là aussi à des techniques " de pointe " (projecteur externe pour ordinateur/beamer), si on en dispose. Cela peut se faire sous forme de petits résumés par différents élèves présentant le fruit de leur recherche. Mais la présence d’un établissement sur Internet se prête a y présenter la documentation * d’une coopération et d’une rencontre. Plusieurs serveurs offrent aussi la possibilité d’installer un éspace de travail en commun qui n’est accessible que par mot de passe.

La facilité de la communication par Internet est aussi un danger. Comme dans les bavardages-clavier chez soi, on peut sauter vite d’un thème à l’autre, zapper indéfiniment en perdant de vue ce que l’on cherchait - une information chasse l’autre -, alors que l’éducation demande des approfondissements, des temps d’arrêt, d’hésitation, des retours en arrière, une nouvelle demande dont la réponse exigerait d’abord de s’informer par soi-même. Le risque est grand de se perdre ou de s’égarer sur la toile ! Il faut donc donner des tâches précises aux élèves et aussi limiter le temps pour effectuer une recherche. C’est pourquoi nous préférons utiliser le courrier électronique plutôt que le bavardage-clavier (chat) qui requiert beaucoup plus de compétence linguistique (soit par écrit, soit en production orale). Le thème à traiter pendant une telle séance exige une bonne préparation des deux côtés. Le courriel, lui a en plus le grand avantage que les partenaires peuvent prendre le temps, retravailler les messages et les réutiliser en tout ou en partie. (cf. courriel *)


Note 7 : On lira à ce sujet avec le plus grand intérêt : Internet et la classe de langue. In: TRACER N°13, mars 1998 Revue d'innovation et de recherches en enseignement des langues vivantes ISSN: 1246-1024 (Tracer, Bât.. 336, Univ. de Paris XI, 91405 Orsay Cedex) ou
Internet:
http://freinet.org/icem/langues/
Retour

retour

F E R M E R

suite