exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Petit lexique de la pédagogie
de l'échange et de la rencontre

sommaire

Qualité
(cf. aussi excellence par la coopération)

S'il est dans nos intentions que les élèves soient mis en situa-tion de réaliser un échange de productions, nous avons pu constater à plusieurs occasions qu'ils jugeaient souvent leurs travaux en fonction de critères appliqués par des professionnels soucieux d'une haute qualité esthétique et technique.

Cela tient sans doute pour une part au fait que les élèves sont des enfants " gâtés " de l'ère des médias pour qui la perfection technique est une évidence. Cependant, dès qu'ils quittent le rôle de consommateurs pour essayer de faire quelque chose par leurs propres moyens, le risque est grand qu'ils réagissent par le découragement du débutant ou de l'amateur qui se frotte à une technique qu'il ne maîtrise pas (fautes *).Par ailleurs, les élèves peuvent dans certains cas se contenter de vouloir expédier des productions faites à la va-vite, négligées et il convient de poser un minimum d'exigences en ce qui concerne la qualité technique et esthétique, même de la part d'amateurs.

Accepter l'imperfection de ses propres travaux ou de ceux du partenaire sans avoir de sentiments d'infériorité ou sans avoir honte exige un certain courage, tant de la part des élèves que des enseignants et il importe de l'accepter comme une limite nécessaire, tout en se reconnaissant dans ses " oeuvres ".

La question de la qualité et des exigences à formuler à ce sujet a occupé une place importante et fait l’objet de débats animés dans les projets présentés ici, sans doute, entre autres choses, du fait de la participation très active d’ enseignants d’arts plastiques et d’ intervenants * (cf. interdisciplinarité */ fautes *). Sans oublier des philosophies éducatives différentes qui puisent leur source dans les conceptions divergentes des enseignants et aussi, en France et en Allemagne, dans des traditions différentes.

Nous pensons que le souci d'une certaine qualité est tout à fait justifié tant qu'il n'a pas pour conséquence de " bloquer " toute initiative et toute tentative de débutant et, surtout, tant qu'il est lié au souci de mettre en rapport optimal intention et réalisation en termes de communication.

Un exemple :
Les chars de carnaval en miniature réalisés à Berlin et expédiés dans le sud de la France ont eu à leur réception un très grand succès parce qu'ils incarnaient de façon très convaincante des idées, des problèmes de société, tels que par exemple " la faim dans le Tiers-Monde face à l'Europe croulant sur le surplus de beurre ".

Il est bien évident que, dans un cas comme celui-là, la qualité esthétique contribue beaucoup à provoquer un choc affectif et cognitif chez le spectateur.

Dans un même temps, il faut insister sur la dimension " dialogique " de toute production. Comme l'a fort bien souligné une enseignante, la qualité esthétique et technique peut bloquer l'utilisation de la production transmise : on ne peut qu'applaudir à la qualité de l'illustration. Paradoxalement, une perspective telle que la nôtre doit concilier qualité, c'est-à-dire soin à apporter au travail en tant que respect du destinataire et caractère fragmentaire, incomplet, ouvert de la réalisation.

(cf. le projet Martigues-Berlin, " La fête ").

retour

F E R M E R

Reactions