exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Sommaire

Présentation générale
de la pédagogie de l'échange et de la rencontre

  Objectifs

a) apprendre à coopérer

A la différence de l’enseignement habituel, les travaux réalisés par les élèves ne sont pas destinés au seul enseignant – d’aucuns diraient même à la corbeille à papier -, mais à un groupe extérieur qui existe vraiment et qui en est preneur. Ce qui amène les élèves producteurs de texte à tenir compte d’autres visées et à les situer dans une perspective de communication authentique. Il s’agit dans ce premier cas d’une coopération externe, intergroupe. Celle-ci introduit une responsabilité vis à vis d’une instance extérieure à la classe, nouvelle, par rapport à laquelle les élèves et le groupe prennent des engagements parfois contraignants.

Pour pouvoir définir en commun le contenu et la forme de ce qui fera l’objet de leur communication à l’autre groupe, les élèves sont par ailleurs amenés à coopérer entre eux, à l’intérieur de leur propre groupe. Il s’agit dans ce second cas d’une coopération à l’intérieur du groupe.

Le contrat voulant que les deux groupes d'apprenants se mettent d'accord sur un sujet et que chaque groupe procède à une clarification sur le contenu et la forme des productions à transmettre, il s'ensuit de part et d'autre une discussion sur un dénominateur commun possible. Inutile de dire que celui-ci ne peut être atteint et défini qu'après explicitation et négociation des aspects individuels et collectifs des productions envisagées au sein de chacun des groupes. Cette démarche est relativement peu habituelle dans l’enseignement ordinaire où la question de l’efficacité et de l’utilité des productions des élèves se limitent au fait d’obtenir une bonne (ou une mauvaise) note. N’oublions pas en revanche que c’est une situation très répandue dans le monde du travail. D’où l’intérêt d’avoir ici à s’imaginer les autres, ceux qui vont recevoir les documents, qu’il faut essayer de toucher et dont il faut retenir l’attention. Dans un même temps les élèves doivent aussi travailler dans leur propre groupe en réalisant un produit en commun, souvent soit individuellement, soit en sous-groupe, de façon que l’ensemble forme un tout.

L'échange de documents sur une telle base mène ainsi à une comparaison dynamique entre les perspectives, les choix de forme et de contenu, les intentions, les différences réelles ou supposées. Il faut voir là bien plus qu’ une interaction " sauvage " et gratuite : un apprentissage de la coopération, du travail en équipe, transférable et généralisable bien au delà de ce contexte spécifique.

Objectifs page 1

Sommaire

Objectifs page 3