exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Sommaire

Les Projets

 Le Projet Dijon-Frankenberg

La seconde semaine de visite :
Comment un thème évolue en fonction du lieu, des circonstances, de la dynamique d'une recherche.

" La semaine à Dijon a eu lieu deux mois tard, du 22 au 28 mai. Notre souci, à nous enseignants et élèves, a été d'éviter de présenter aux Allemands le même type de travail. Nous avons voulu faire autre chose. D'autre part, il y avait une spécificité bien marquée, celle de deux établissements situés dans un milieu urbain, donc beaucoup moins en rapport direct avec la forêt environnante. Pour trouver une forêt, il faut faire entre 10 et 20 km. En conséquence, comme le thème était l'arbre et la forêt, l'arbre planté au milieu de la ville nous est apparu comme la chose à privilégier. Il y avait aussi la découverte du printemps, l'arbre dans la ville arborant ses fleurs et puis ses premières feuilles. Le coup de pouce a été donné par un reportage-photo extraordinaire réalisé en ville par les sept groupes binationaux. Très vite, on est sorti du thème, on a photographié les vitrines de prêt-à-porter printanier. Le premier jour, les élèves du collège ont réalisé un grand gâteau en forme d'arbre. Il fallait en effet nourrir tous les élèves, puisque la soirée d'accueil n'était pas réservée exclusivement aux élèves qui hébergeaient un jeune Allemand, mais ouverte à tous les élèves impliqués dans le projet. C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec 80 élèves ! Le samedi matin, les premiers ateliers de recherche ont démarré au collège. Pour cette première matinée, le thème était celui du carnaval des arbres. Il s'agissait d'une recherche libre de groupes mixtes franco- allemands dans un parc dessiné par un élève de Le Nôtre, une sorte de forêt artificielle dans lequel les élèves se sont dispersés avec masques, tissus, etc. Les élèves d'une classe de 5ème ayant écrit des récits sur les arbres, ils les ont proposés comme scénarios. Chaque groupe a présenté sa saynète, en fin de matinée. Les uns au milieu de la grande rotonde, les autres au Temple d'Amour, le tout donnant lieu à un reportage photographique.

L'après midi a eu lieu un reportage-photo sur l'arbre dans la ville. Là, des photos tout à fait remarquables ont été faites par les deux groupes. Ils ont réalisé des panneaux avec photos, textes et dessins. Le lendemain, dans l'atelier d'expression plastique, nous avons constitué quatre groupes d'élèves qui ont choisi d'illustrer le thème de la forêt des 4 saisons : ils ont confectionné des tapisseries de 6 à 7 m chacune, des collages en tissu. Il était en effet convenu avec les élèves allemands que la création de l'atelier de théâtre du collège se jouerait dans des décors réalisés par nous tous.

Chacun des quatre panneaux constituant le fond du décor évoquait une saison. L'écologie, la mort de la forêt étaient présentées dans cette réalisation plastique de qualité. Le lendemain, nous avons eu un atelier au LEP. Nous y avions invité P. H., comédien, J. P., musicien et E.R., créateur de bandes dessinées. Tous les trois avaient accepté de venir sans savoir ce que les élèves attendaient d'eux. Tout d'abord on brancha un magnétophone et, à brûle-pourpoint, les élèves leur posèrent des questions déjà préparées en français et en allemand. Par exemple : si on vous parle du bois, qu‘est-ce que cela évoque pour vous ? On devine facilement ce que le bois a pu évoquer au musicien. Le comédien, lui, a dit : " Pour moi, c'est les planches, les planches, c'est mon métier, c'est ma vie ". L'interview a duré à peu près une heure. Ensuite on a approfondi et exploité les interventions pour réaliser une création libre. Le résultat fut pour moi fantastique : ce qui avait été dit pendant la discussion avec les artistes était présent sans que la relation puisse être forcément établie par un spectateur ne possédant pas cette " clé " de lecture. Mais le but n'était-il pas de collecter un matériau et de le restituer à sa façon ?

Enfin, à l'occasion d'une soirée, un groupe d'animation avait transformé le LEP en boîte de nuit ! Une soirée, qui, je crois, a été appréciée parce que c'était une boum, une boum d'une qualité exceptionnelle. Le lendemain soir, c'était la soirée d'adieu et toutes les créations ont été présentées. Pour la première fois, depuis que la rencontre existe, FR3 était présent. Il y a eu des interviews, à la télé locale des élèves français et allemands. Le tournage a eu lieu à l'école, sur fond de décor créé par les élèves français et allemands.

En conclusion, la question de la forêt est-elle maintenant mieux perçue ? Je n'en sais rien. Mais, à partir d'un sujet auquel les uns étaient très sensibilisés et les autres beaucoup moins, ces derniers ont été amenés à se poser des questions à propos de l'interrogation de leurs camarades allemands. Là, je pense que le message est vraiment bien passé ; un matin, nous avons eu un débat qui a commencé sur la pollution et qui a très vite tourné à l'actualité. Juste quelques semaines auparavant avait eu lieu la catastrophe de Tchernobyl, et là, nous avons dépassé notre arbre et notre forêt pour avoir un débat sur le nucléaire. "

2e semaine de visite

Sommaire

projet Nevers-Coblence