exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Sommaire

Les Projets

 Le Projet Hochfelden-Niederroder
deuxième formule

Première tentative (page 2)

Les élèves choisissent un thème et le traitent

Une fois ces règles définies et expliquées, les élèves alsaciens ont formulé plusieurs thèmes de recherche dont, entre autres : Strasbourg, les problèmes des jeunes, la vie scolaire, la télévision. Poursuivant leur idée de départ, les élèves souhaitaient continuer à mettre en scène leurs espions qui, déguisés en enquêteurs, partiraient à la chasse aux renseignements et interrogeraient leurs parents.

Après avoir recensé les ressources qu'offrait le thème de la télévision, il est apparu aux élèves que les autres sujets ne se prêteraient pas à un travail aussi intéressant et que, surtout, les idées développées ne semblaient pas réalisables dans le temps réellement disponible. (cf. gestion du temps *).

Comme ils s‘intéressaient tout particulièrement à la publicité télévisée et aux annonces publicitaires, ils ont choisi toute une série de séquences de publicité qui précèdent le journal télévisé de 20 heures en déterminant un ordre de préférence. L'enseignant s'est contenté d'en ajouter deux autres dont il pensait qu'elles pouvaient, d'un point de vue linguistique, être intéressantes et utiles pour les élèves allemands apprenant le français.

Comment en est-on venu à traiter un second thème ?

Du côté allemand, les choses se sont présentées de façon plus problématique, les élèves refusant de se soumettre aux règles que les enseignants avaient formulées pour permettre aux deux groupes de se référer l'un à l'autre dans leur démarche. Ils ont choisi un tout autre sujet : la cuisine, et plus particulièrement la cuisine hessoise.

A la suite à ce refus, le principe d'une fiction élaborée en commun par les deux groupes a dû être abandonné. Cette attitude s'était déjà manifestée au début, au moment de reprendre (à leur compte) l'idée d'espions envoyés par les élèves français chez eux, pour poursuivre leur " travail ". Ils s'étaient montrés très réticents, n'acceptant qu'à contre-coeur la proposition de leurs camarades français.

Le brassage des groupes

Après l'accueil par le personnel du village de vacances familiales et le premier repas en commun, l'équipe pédagogique a procédé à la répartition des élèves en chambre. Etant donné la composition différente des groupes (8 garçons, 4 filles côté allemand et exactement l'inverse côté français), les enseignants ont constitué des groupes binationaux de 6, chacun occupant un appartement prévu pour une famille, selon un rapport 4/2, 4 Français(e) 2 Allemand(e)s ou inversement. Ce principe du brassage était destiné à créer une situation de cohabitation des langues et des nationalités, et à éviter la constitution de groupes d'affinité par nationalité. Ce même principe a été appliqué dans la formation des groupes de travail tout au long du séjour (cf. le projet Marseille-Francfort la rencontre " mixité linguistique et culturelle ").

Premiere tentative page 1

Sommaire

La television