exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Sommaire

Les Projets

 Le Projet Hochfelden-Niederroder
deuxième formule

Première tentative (page 4)

Les élèves réalisent des films : le lieu, sujet de réflexion et de création

Au cours de l'enquête des élèves sur leur lieu de séjour, le bilan s’était révélé très maigre en dépit du bon vouloir et de la curiosité des élèves : un village-dortoir, déserté pendant la journée par ses habitants partis travailler en ville, une petite église du siècle dernier, un cimetière, un coiffeur en bordure de forêt, un café fermé, un centre d'accueil pour réfugiés et des maisons désespérément vides pendant la journée.

Il faut croire cependant que ce vide a stimulé et non gêné l'imagination des élèves. L'ensemble des informations recueillies a été réutilisé dans des mini-films où les élèves campaient des personnages fictifs, hauts en couleur. Une brève description de quelques réalisations permettra de mieux en juger.

  • Le premier film montre l'un des vieux du village, arrivé au soir de sa vie, rédigeant son testament et allant le mettre à la boîte aux lettres. En chemin, il " tombe " à l'entrée de l'église sur une élève française qui l'interroge et lui demande des détails sur ce chef d'oeuvre. Plein de bonne volonté, il répond gentiment à ses questions malgré des quintes de toux répétées. La conversation terminée, ils se séparent. Le vieillard, épuisé par tant d'efforts, s'écroule raîde mort dans la neige !
  • Dans un autre film, on assiste au retour d'un homme vieillissant au village. Il rencontre un ami d'enfance et s'enquiert auprès de celui-ci de celle qu'il aimait dans sa jeunesse. Il apprend qu'elle est encore au village et lui rend visite. Malgré la difficulté à se reconnaître après tant d'années, ils sont repris petit à petit par le feu des souvenirs et finissent par s'effondrer dans la neige dans une ultime étreinte. Le dernier plan montre leur tombe au cimetière !

Si nous retenons ces deux films, parmi les quatre réalisés, c'est qu'ils révèlent plusieurs aspects intéressants, tous présents mais à des titres différents, dans les autres réalisations :

  • toutes les informations recueillies sont systématiquement réutilisées dans les fictions,
  • les résultats des recherches ne sont pas simplement énumérés dans le cadre d'un film documentaire sur le lieu de séjour, mais situés dans une autre perspective, celle de l'histoire de personnages et donc d’une dramatisation,
  • les observations, les faits, les données ne sont pas seulement fournis par le biais de la langue, mais transposés sur un plan non-verbal, proprement filmique, esthétique qui fait de ces productions des textes complexes, riches, à facettes, où l'on a le sentiment non seulement d'apprendre quelque chose mais aussi d'entrer dans un univers. L'univers restitué dans ces deux films est celui de la tristesse, du vide pour ne pas dire d'une certaine morbidité, en dépit des " chutes " humoristiques qui frisent cependant l'humour noir.

Précisons que ce travail en vidéo a pu se faire dans la mesure où certains des élèves français et allemands étaient déjà familiarisés avec cette technique et que, d'autre part, l'intérêt témoigné pour ce mode d'expression était grand. La langue allemande a dominé du fait de l'environnement, mais aussi à cause du niveau (supérieur) de connaissances en langue étrangère chez les élèves français.

La television

Sommaire

Traduire et transposer ensemble