exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Sommaire

Les Projets

Le projet : Marseille-Frankfurt

Les objectifs de la coopération

Ils étaient de deux sortes :

  • le premier concernait la description des établissements participants d’un point de vue qualitatif et quantitatif et en tenant bien entendu compte des différences structurelles entre les systèmes éducatif français et hessois. Celle-ci constituait la base factuelle, le contexte à expliciter pour permettre la comparaison, c’est-à-dire la mise en relation de deux réalités différentes et séparées et qui se manifeste,
  • au second niveau, celui de la coopération pédagogique proprement dite et donc de l’interaction entre les établissements et leurs acteurs, les enseignants, les élèves, les parents, les environnements scolaires (associations, centre de jeunes, etc., pour autant qu’ils existent).

Il s’agissait tout à la fois de comparer des établissements marseillais et francfortois à fort pourcentage d’élèves originaires de la migration en posant un certain nombre de questions telles que :

  • quels sont les problèmes des établissements et des élèves traités en priorité ?
  • comment se présentent les solutions proposées par les institutions ?
  • quelle image de l’établissement transparaît au travers de ces solutions ?
  • quelles sont les solutions originales, nouvelles, proposées par l’établissement lui-même ?

En même temps, des expériences de coopération pédagogique nouvelles s’élaboraient dans une pratique pédagogique commune entre les enseignants, lors des rencontres d’élèves venant d’établissements, de cultures et de pays différents.

De nouvelles questions émergeaient là auxquelles il fallait essayer de répondre en commun :

  • l’expérience de collaboration et de confrontation des points de vue et des pratiques a-t-elle des conséquences en retour sur les conceptions et les pratiques des enseignants ?
  • a-t-elle des effets sur les élèves et les parents ? Y a-t-il de ce point de vue des différences entre les enfants de migrants et les autres ?
  • quelles langues ont été utilisées pendant les rencontres, quand, comment et par qui ?
  • quels sujets ont été abordés ou évités, et si oui, comment ?
  • ce travail a-t-il eu des implications sur l’atmosphère des classes et de l’établissement ?
  • influence-t-il l’identité de certains groupes et de certains élèves ?
  • la perception et la conception de l’Europe a-t-elle changée (en tant que Turc, qu’Espagnol, que Français en Europe, qu’enfant de migrant ?) Quelles sont les définitions du " nous " : nous, les Français, nous les Marseillais, etc. ?

Introduction

Sommaire

Les établissements