exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Sommaire

Les Projets

Le projet : Nevers-Coblence  

Se préparer, anticiper (suite)

A l’aide de la vidéo reproduisant des situations authentiques (par exemple " Le petit monde de Pierre " empruntée à la télévision scolaire), j’encourage les enfants à écouter le français parlé à un rythme normal ; ils sont conscients de ne pas tout comprendre mais de saisir quelques mots au passage, ils se concentrent davantage sur l’action et sur les gestes et se rendent compte qu’on n’est pas obligé de connaître la signification de chaque mot pour comprendre une situation. Il faut faire en sorte que les enfants aient envie de vivre cette situation, aient envie de se préparer eux-mêmes au voyage. On leur donne quelques appuis, on sait que la partie qu’ils auront à accomplir sera rude ! Chaque enfant sait depuis le début qu’il sera seul dans une famille d’accueil.

Les parents sont également convoqués à une réunion à laquelle on leur explique clairement la situation : des activités sont prévues sur place pour l’ensemble du groupe mais les enfants passent la nuit ainsi que le dimanche seuls chez leur correspondant. Il est donc bon que chacun soit parti au moins quelques jours sans ses parents avant de vivre une telle situation à l’étranger. Un film de l’année précédente est montré, afin que tout le monde ait d’une part, une idée du cadre dans lequel l’enfant évoluera en France et d’autre part, se rende compte que les activités proposées sont attrayantes, que l’atmosphère est bonne, que la majorité des enfants participant à l’échange se trouvent bien là où ils sont. La préparation des parents est presque plus importante que celle des enfants. Certains versent même une larme à cette réunion de février, alors que le départ ne sera qu’en mai. D’autres ne déclarent vouloir envoyer leur enfant que s’ils l’accompagnent eux-mêmes. Combien de fois ai-je entendu ces phrases : " Mon fils - ou ma fille aimerait participer au voyage à Nevers mais je ne pense pas que ça se passe bien. Qu’en pensez- vous ? " ou bien alors " Mon fils - ou ma fille ne veut pas participer au voyage, mais moi, j’aimerais l’envoyer ! ". La réussite de cet échange est entièrement fondée sur le volontariat de l’enfant, sur l’envie de faire une expérience de quelques jours dans le pays dont il a appris quelques bribes de langue, chez le correspondant à qui il a raconté pas mal de choses, qui a, lui aussi dévoilé ce qu’il aime faire, manger, boire et jouer. Ce n’est pas rien ! Si malgré tout l’enfant n’a pas envie de faire le voyage, pourquoi alors le forcer ? Peut-être se contentera-t-il, dans un premier temps, de recevoir son correspondant ?

Se preparer_anticiper

Sommaire

Le voyage approche