exemples+konzepte Coopérer, se Comprendre, se Rencontrer

Sommaire

Les Projets

Point de vue :
la rencontre vue par une psychologue du développement
)

Les échanges tout au long de la vie.

En résumé, des bénéfices peuvent être attendus dans trois registres :

Premièrement, tout ce qui contribue à doter les enfants d’une vision exacte et valorisée d’eux-mêmes et de leurs partenaires, ne peut que les armer pour comprendre sans biais leurs propres comportements et leurs sentiments ainsi que ceux des autres. Il s’agit là d’un effet préventif important. De ce point de vue, un environnement interculturel enrichit et permet aux enfants d’appréhender le monde tel qu’il est, et non par les apparences générées par les stéréotypes (y compris les auto-stéréotypes) et les assignations sociales. Il y a là aussi un objectif de santé mentale.

Deuxièmement, un environnement interculturel enrichit et favorise le développement des compétences sociales et communicationnelles (capacités langagières). On désigne ainsi la capacité à entrer en relation et à s’adapter aux situations sociales inhabituelles et/ou imprévues. Le " voyage " (réel ou fictif) dans l’environnement interculturel confronte à la diversité des contextes sociaux et de leurs exigences et apprend à réagir de façon plus adéquate. Etre à l’aise dans des environnement peu familiers ou avec des personnes peu familières, cela s’apprend et constitue un facteur d’adaptation sociale.

Troisièmement, enfin, l’ environnement interculturel représente un contexte favorable au développement de la citoyenneté. Cette expression à la mode recouvre bien des significations, mais nous tenons particulièrement à insister ici sur l’exercice de la citoyenneté dans l’espace de proximité, le quartier et la ville. Vivre un environnement interculturel signifie également très souvent " sortir de chez soi ", échanger avec le voisin, développer ensemble, avec d’autre enseignants et les parents, un projet pour l’école, bref, être actif et prendre des responsabilités dans l’espace de vie quotidienne. Très souvent ces échanges - où finalement la culture ou l’échange interculturel servent de prétexte pour créer du lien social - établissent des liens interpersonnels forts, de nouvelles solidarités, et parfois, une nouvelle culture de quartier.

En conclusion, et compte tenu du développement des sociétés modernes, il faut savoir que nos enfants grandissent dans une société plurielle, réunissant des individus avec plusieurs repères culturels non-exclusifs. S’intéresser à la dynamique de l’environnement interculturel et y contribuer doit être une priorité pour la société. Un changement de perspective important pourrait avoir lieu alors : la culture ne serait plus seulement apprise, subie, un carcan, nous n’en serions plus seulement les produits. Nous en serions aussi les producteurs et les acteurs.

Appartenance suite

Sommaire

Conclusion